November 29, 2022

Situé dans les années 1980 à Birmingham, dans le contexte du mariage royal du prince Charles et de Diana et d’une recrudescence des émeutes et de l’escalade des tensions raciales, Je m’appelle Léon suit le parcours d’un garçon métis de neuf ans qui est pris en charge, et rapidement séparé de son frère blanc. Alors qu’il se bat pour réunir sa famille fracturée, Leon se lie d’amitié avec les hommes locaux qui s’occupent de leurs attributions, et ils l’éduquent sur la politique raciale et les grèves de la faim irlandaises. Une histoire de racisme, de classisme et des échecs du système de placement et d’adoption, l’émission unique est adaptée du roman du même nom de Kit De Waal en 2016. Mais ces événements sont-ils basés sur des expériences réelles ?

Leon lui-même n’est pas basé sur une personne réelle – il tire son nom d’un personnage mineur dans l’un des livres précédents de De Waal, et l’auteur a utilisé une photo d’un jeune garçon inconnu sur un vélo comme point de référence pendant qu’elle écrivait . Cela dit, Je m’appelle Léon découle encore de plusieurs de ses propres expériences personnelles – De Waal a également grandi à Birmingham et sa mère était une famille d’accueil.

Nous étions déjà cinq et il y avait au moins cinq autres enfants autour de moi tout au long de mon enfance », a-t-elle déclaré à BookBrowse. “Notre maison était un gâchis de jouets, de couches, de biberons, de stérilisateurs, de vélos, de linge suspendu, de biscuits, de larmes et de rires. Ce n’était pas idyllique, car nous étions assez pauvres et toujours affamés, mais il y avait quelque chose de délicieux dans les camarades de jeu en constante évolution et le chaos.

Avant de devenir auteur, Kit De Waal écrivait des manuels de formation pour les familles d’accueil et les travailleurs sociaux, et siège maintenant à un comité d’adoption. Ses deux enfants sont également adoptés. Les expériences de l’auteur avec le système de soins ont directement informé son roman, et “il n’y avait pratiquement aucune recherche impliquée”, a-t-elle déclaré. L’écrivain a également grandi à quelques minutes du site des émeutes de Handsworth en 1981 – qui ont été provoquées en partie par des rumeurs d’une marche du groupe raciste d’extrême droite National Front – et “beaucoup de détails [around that topic] vient de mon expérience personnelle.

Mettant en vedette un casting comprenant Sir Lenny Henry, Petite hachede Malachi Kirby, Monica Dolan (Un scandale très anglais), Olivia Williams (Homologue), et ancien Docteur Who la vedette Christopher Eccleston, Je m’appelle Léon met également en vedette Cole Martin dans le rôle principal, dans son tout premier rôle, et est informé par les mêmes expériences de la vie réelle qui ont façonné le roman.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

GIPHY App Key not set. Please check settings

close